vendredi 25 juillet 2014

Comme une mise au point (suite II)

Nathalie prend de plus en plus de place dans ma vie. Je ne peux pas arrêter de penser à elle... .

Elle est loin cette double vie que j'avais réussi à créer, où, j'arrivais à scinder facilement ma vie adultérine de ma vie officielle.
Je réalise que je trompe réellement ma femme maintenant; j'entretiens une relation amoureuse avec quelqu'un d'autre. L'amour pour ma femme s'estompe tout doucement également, ou il est étouffé par mon amour illicite.

Ca fait maintenant plusieurs semaines que je n'ai plus eu de relation sexuelle avec ma femme. Ca ne la dérange pas. Ca doit même bien l'arranger.
Ce manque de sexe tue véritablement un couple... . Elle n'a jamais vraiment été porté là-dessus et cela s'empire avec les années. D'ici quelques années, on pourra mettre la table de nuit entre nos deux lits. ;-)
Je n'ai plus envie non plus.

Je n'envisage plus de finir ma vie avec ma femme. Je ne m'amuse plus, à tous les niveaux. Je l'aime encore malgré tout... mais cette complicité a disparue, de mon côté en tout cas. Ce n'est peut-être qu'un passage.. mais il faudra que je me rende à l'évidence un jour ou l'autre. Cela fait quand même plusieurs années que je mène cette double-vie.

Je deviens distant, limite désagréable. Je le fais consciemment (et inconsciemment aussi sans doute) pour qu'elle mette de la distance avec moi également. Je voudrais qu'on se dise mutuellement "on ne plus continuer comme ça, séparons-nous". Mais ça ne marche pas. Elle ne s'énerve jamais contre moi, accepte mes différentes demandes, sans compromis,... . Elle n'est plus soupçonneuse, ne me demande que très rarement le contenu de mes journées ou sorties. Elle sent certainement cette distance, mon énervement contre elle. Elle ne veut pas me laisser partir.

A suivre...


dimanche 1 juin 2014

Club libertin: première expérience

Ca faisait longtemps que c'était dans mes fantasmes. Je ne pensais jamais pouvoir y aller un jour d'ailleurs.
Il y a quelques semaines, j'ai eu une discussion avec Nathalie sur nos fantasmes respectifs. A mon grand bonheur, l'un d'eux était d'aller voir ce qui se passait dans un club échangiste. Ca m'a pas mal travaillé. Il fallait que je trouve le bon moment, le bon club,... et puis revenir vers elle avec une proposition.
Je voulais un club réservé aux couples, dans un endroit feutré, classe.... .
Je pense l'avoir trouvé, près de la Bourse. Il ne fallait plus qu'accorder nos agendas.

On y arrive relativement tard dans la soirée, après une après-midi déjà riche en activités intimes. L'endroit correspond à nos attentes. La lumière est tamisée, les couples sont courtois et présentent assez bien.
Je ne suis quand même pas à l'aise, voir même stressé. Nathalie, par contre, est super décontractée.
On fait d'abord un petit tour des lieux. Pas encore grand monde. On s'installe alors au bar. Je me prends un rhum. J'en ai besoin pour me détendre.
On part ensuite dans une pièce où il y a plusieurs matelas, à hauteur d'un divan. Les autres couples commencent à arriver pendant que je fais un cunni à Nathalie. Mes sentiments sont mélangés entre l'excitation et une certaine peur, celle de ne pas pouvoir bander.

On rejette poliment certains couples venant carresser Nathalie. Je ne suis pas encore mentalement prêt. On est maintenant nu, au vu de tout le monde et je commence à lui faire l'amour. Yeux dans les yeux, tout se passe bien. Un autre couple se rapproche. La femme est belle. Nathalie commence à l'embrasser. Elles se caressent pendant que nous, les hommes, pénètrons avec ardeur nos partenaires respectives. Je suis hyper excité, à fleur de peau...beaucoup trop à fleur de peau, je ne contrôle plus rien et au bout de quelques minutes, je jailli déjà. Je suis gêné, frustré.
Nathalie remarque mon désarroi. Arrête ses ébats mélangistes avec l'autre femme. Nous quittons la pièce pour retourner au bar.

Je suis énervé, angoissé, déconcerté. Nathalie me rassure. On parle et je m'enfile encore deux rhum. On repart dans une autre pièce et recommençons. Même scénario ; un couple se rapproche mais cette fois-ci, l'homme est plus entreprenant. En pleine levrette avec Nathalie, elle commence à le sucer. Ca m'excite à mort. Mon gland est en feu. Je réussi cette fois à me contrôler malgré tout.
Je suis à la fois excité et troublé. Quand l'homme me propose de prendre sa femme en levrette et me tend un préservatif, j'hésite. C'est pourtant un de mes fantasmes... . Je commence à bander mou. Je ne fais donc pas le pas. Il est passé 4 heures du matin. Nathalie est encore en forme mais sent que j'ai ma dose. On part du club, en prenant un dernier verre.
Arrivés à l'hôtel, on  refait l'amour, intensément. Je suis super excité. Retour à la normale... Je suis rassuré.

Première expérience donc, fortemment contrastée entre la volonté de la vivre et l'incapcité de me libérer.  Je ne sais pas à quoi c'est véritablement dû mais j'ai envie d'y regoûter malgré tout.





dimanche 27 avril 2014

Comme une mise au point...

Moi qui voulait tout contrôler, cadenasser mes envies et sentiments, cataloguer... j'ai l'impression d'en perdre doucement la maîtrise. J'ai heureusement toujours la tête hors de l'eau, bien que l'eau arrive doucement au niveau de mes narines... .

Nathalie prend de plus de plus de place dans ma vie. Pas un jour ne passe sans que je pense à elle. Cependant, ce n'est pas non plus l'amour passion. Je n'ai pas envie non plus de tout plaquer pour aller vivre avec elle (et inversement)... mais on décompte chaque fois les jours avant de se revoir.
On s'envoie des emails, SMS ou on se téléphone quasi tous les jours. Moi qui trouvait ça débile de se laisser "envahir" de cette façon, me voilà dans ce cercle... . 
Pour Nathalie, c'est pareil. Ca lui fait même un peu peur et essaie tant qu'elle peu que je sorte un peu plus de sa tête. 
Moi qui avait peur que ma comparse du moment tombe amoureuse, je me sens maintenant appaisé que Nathalie ai des sentiments forts pour moi.  Cela me donne l'impression qu'elle ne se détournera pas de moi, qu'elle ne me quittera pas (pour un autre).

A propos de nos sentiments mutuels, je pense que l'amour que j'ai pour elle est plus l'amour de ce qu'elle représente pour moi; la liberté, l'insouciance, l'échappatoire du quotidien, l'adrénaline qu'une telle relation procure...et l'incarnation de (quasi) tous mes fantasmes sexuels. Il est clair que si il n'y avait pas ce dernier aspect dans notre relation, elle ne durerait sans doute pas longtemps. On en est tous les deux conscient. 
Ce que je découvre avec elle dépasse ce que j'avais imaginé. Il n'y a pas de tabou et très peu de limite... . La phrase que j'avais mis au début de ma vie adultérine sur Gleeden "Je préfère vivre avec des remords qu'avec des regrets" prend maintenant tout son sens. Et j'ai l'impression de n'être qu'au début de mes explorations avec elle.... . 

La relation avec Nathalie prenant de plus en plus d'ampleur (et de temps), j'ai décidé de rompre avec Isabelle. Ca n'avait plus de sens. Je n'avais plus de réelle envie non plus. Cela faisait pourtant un moment que l'on était ensemble. C'est elle qui m'a réellement épanoui sexuellement et nous nous entendons bien. Ces derniers mois, notre relation m'a cependant parue fade. J'ai donc fermé la porte.

En couple, cela se passe finalement bien dans l'ensemble. La relation que je vis avec Nathalie m'épanouit pleinement, effaçant mes frustrations affectives et sexuelles. Après avoir vu (touché, baisé, embrassé, enlacé,..) Nathalie. je suis sur mon petit nuage pour quelques jours.

Je pense avoir trouvé un certain équilibre. Je ne pourrai de toute façon pas me passer de cette aventure.
Le tout est de rester prudent. On prend de plus en plus de risques. On doit garder le contrôle de notre relation, au risque de tout perdre, et de tomber de haut.

samedi 15 février 2014

Nouvelle dimension (suite)

Avec Nathalie, l'amour se construit progressivement. Ca me fait peur. Elle aussi. Je considère maintenant que je trompe totalement ma femme, car je vis une histoire sentimentale parallèle. C'est difficile à gérer. L'avoir toujours en tête... et ce sentiment du culpabilité qui m'empèche de vivre pleinement mes vies. Je ne jouis finalement d'aucune d'elle pleinement. Je suis en état de "stress" permanent.... . Je le savais. Ce n'est pas force de m'avoir prévenu. Vous m'aviez également averti sur ce blog; on ne peut pas se prémunir contre l'Amour. J'ai encore cependant mes carapaces, que j'enfile encore volontiers. La tête dans le sable marche pas non plus.

Ce qui me permet de rester encore en équilibre c'est qu'elle est amoureuse de son mari et elle ne compte pas le quitter. La stabilité de notre relation et de son devenir plus ou moins proche sont donc connus.
L'autre point est que ma femme me semble redevenue amoureuse de moi, et ne manque pas de me le rappeler. Ca rassure également (ou pas, si elle est aussi infidèle que moi, mais je ne veux pas le savoir).
Isabelle (Sexfriend I) est quant à elle de plus en plus en mode réactive. Elle ne me contacte pas si je ne la contacte pas. J'ai fait le test dernièrement; je n'ai pas donné de nouvelles pendant 3 semaines. Aucun email ni SMS de sa part. Rien.
Je la vois aussi de manière assez irrègulière et ne baise plus qu'une fois par mois en moyenne. Bref, ce n'est pas la relation envahissante, dans tous les sens du terme.
J'ai également accepté de nouvelles responsabilités au boulot qui me font travailler comme un âne. Plus le temps de rêvasser, de me torturer l'esprit pendant la journée (je fais ça par contre très bien pendant la nuit).

Je ne regrette par contre rien mais je ne sais pas si, le jour où ces relations extra-conjugales se terminront, j'aurai encore envie de me replonger dans ce type d'infidélité. J'aurai eu en tout cas la chance de découvrir les délices d'un nouvel Amour et d'assouvir pleinement mes fantasmes sexuels. Sans cette soupape, j'aurai explosé.
A voir par la suite. Cela dépendra si je pourrai revivre ça avec ma femme, d'une manière ou d'une autre. Je me serai peut-être aussi calmé d'ici là. L'accumulation de mes frustrations aura été vidée.  Prêt pour un nouveau départ. Mais je n'y suis pas encore. Ca me rassure juste de penser à la fin de cette double vie. Elle m'oppresse autant qu'elle me libère.

samedi 18 janvier 2014

Frotti-frotta

Là, c'est la première fois pour moi. C'est vrai que ça faisait longtemps que l'on ne s'était plus vu et nous étions assez excités de nous retrouver à nouveau dans une chambre d'hôtel.
On a attaqué assez rapidement les préliminaires, en se frottant, se léchant, s'enlaçant mutuellement, mais tout en restant habillés (un bon gros flirt en somme).
Je sais qu'elle adore ça aussi; quand je frotte sensuellement mon corps contre le sien, quand je caresse fougueusement ma jambe sur son entrecuisse. C'était passionné... C'est au bout de quelques minutes, qu'à ma grande surprise, elle a a eu son (premier) orgasme. J'en étais bluffé ! Je ne savais pas que c'était possible. C'est vrai qu'elle démarre rapidement, mais à ce point, j'étais surpris. En tout cas, c'est une première pour moi.


jeudi 21 novembre 2013

Nouvelle dimension

Nathalie (Sexfriend II) m'a "avoué" il y a peu qu'elle était tombée amoureuse. Très sûr de moi et de notre relation, je n'étais qu'à moitié surpris. J'ai alors mis ma grosse carapace. J'étais dans ma zone de confort. Je lui ai balancé un "Il faut que tu assumes maintenant. Les choses étaient claires depuis le début".
Lorsque je lui ai fait ravaler sa déclaration la seconde fois, j'ai senti que j'y avais été un peu fort. Je m'en suis voulu, car les choses avaient évolué entre temps. Je me rendais compte que je tenais à elle.
Elle est effectivement revenue peu de temps après. Ca sonnait le glas de notre relation. Un resto "remise au point" dont je ne connaissais pas l'issue. Je le sentais et je m'y étais plus ou moins préparé. J'ai alors  laissé tomber mes protections, qui masquaient mes sentiments.

Je m'étais effectivement rendu compte que je l'appréciais vraiment.
Outre le fait que c'est une super top baiseuse et que j'adore son corps, j'apprécie beaucoup sa franchise, son naturel, sa gentillesse, ... . J'aime insouciance, sa gaité de vivre, son petit grain de folie,... dans tous nos échanges. Et puis, c'est vrai, sa libido importante me comble.

J'ai toujours eu des fantasmes lancinents, et c'est grâce à elle que j'ai pu enfin les réaliser. Je me sens maintenant assouvi, comme libéré de mes frustrations décennales.
Je me sens bien quand je suis avec elle car je sais que je ne vais pas être freiné dans ma créativité, qu'elle me suivra toujours, avec envie. Pareil au niveau de nos conversations, pas de sujet tabou, on se parle ouvertement (elle, beaucoup plus que moi, pour être honnête. J'ai quand même oublié de lui dire que je voyais encore Isabelle (Sexfriend I) et que je tenais ce blog. Mais bon, de tout façon, elle s'en fou. L'important, tant pour elle que pour moi, c'est qu'on est bien, quand on est ensemble).

Pour revenir à mon ouverture sentimentale, je n'ai pu le faire que parce que je savais que je n'allais pas être dépendant, ni elle dépendante de moi. C'est un amour mutuel que l'on se porte, mais un amour raisonné, contenu. C'est la nature même de la relation illicite qui veut ça aussi. Pas de projet commun possible, pas de projection dans l'avenir. Rien que du présent. Au mieux, des activités à prévoir dans le mois.
Plus spécifiquement aussi, en ce qui me concerne, cet amour est cloisonné parce que je veux le contenir, ne pas me laisser aller complètement dans cette aventure.
Mais il est vrai, que je pense tous les jours à elle... .
De sa part, car la double gifle que je lui ai donné, lui a sans doute fait prendre conscience qu'elle n'était pas si amoureuse que ça de moi... .

C'est malgré tout divin d'avoir ce nouvel éclairage mutuel, de pouvoir se dire "je t'aime' (c'est vrai, avec parcimonie), de compter vraiment pour chacun,... cela donne une nouvelle dimension à notre relation, à cette double vie, avec elle.